Légendes Irlandaise

 

                    Légende Irlandaise

  Cath Maighe Tuireadh (Bataille de Mag Tuired) est un récit du « Cycle mythologique » de l’Irlande, dans lequel nous est racontée la guerre qui oppose les dieux des Tuatha Dé Danann à leurs ennemis les Fir Bolg (première bataille de Mag Tuired), et aux Fomoires (deuxième bataille de Mag Tuired). Littéralement, le titre se traduit par bataille de la plaine des piliers en référence aux guerriers sur les champs de bataille. Mag Tuired (en irlandais moderne : Magh Tuireadh) signifie « la plaine des piliers ».

La première bataille est parfois appelée Cét-chath Maige Tuired (« La première bataille de la plaine des piliers ») ou Cath Maighe Tuireadh Cunga (« La bataille de la plaine des piliers à Cong ») ou Cath Maighe Tuireadh Theas (« La bataille de la plaine des piliers du Sud »).

La seconde bataille est aussi connue sous le nom Cath Dédenach Maige Tuired (« La dernière bataille de la plaine des piliers »), ou Cath Tánaiste Maige Tuired (« La seconde bataille de de la plaine des piliers »), et Cath Maighe Tuireadh Thúaidh (« La bataille de la plaine des piliers du Nord »).

La scène se passe dans le Connacht : le première bataille près de Cong, dans le Comté de Mayo, à la frontière avec le Comté de Galway ; la seconde près de Lough Arrow dans le Comté de Sligo.

Ce texte essentiel de la mythologie celtique a été trouvé au XVIe siècle mais il est communément daté du XIe siècle. Il est à mettre en rapport avec le Lebor Gabála Érenn (Livre des conquêtes de l'Irlande) qui appartient aux « Annales irlandaises ».

 Succession des évènements 
 Les Tuatha Dé Danann vivent dans quatre îles au nord du monde : Falias d’où vient le talisman de la pierre de Fal et qui est dirigée par le druide Morfessa, Gorias, d’où vient la lance de Lug et qui est dirigée par le druide Esras, Murias d’où vient le chaudron du Dagda et qui est dirigée par le druide Semias, et enfin l’île de Findias où se trouve l’épée de Nuada et dirigée par le druide Uiscias c’est en ces lieux qu’ils s’exerçaient à l’Art, qu'ils apprenaient la Poésie, la sagesse et la magie druidique. Ils débarquent en Irlande venus sur de nombreux bateaux qu’ils brûlent, certains de ne pas repartir. Une bataille les oppose aux Fir Bolg au cours de laquelle 100 000 d’entre eux perdent la vie, avec leur roi Eochaid Mac Erc.
 Au cours de la bataille, le roi des Tuatha Dé Danann, Nuada a le bras coupé, cette infirmité le rend indigne pour l’exercice de la souveraineté qui est transférée à Bres. Diancecht et Credne Cerd fabriquent une prothèse en argent, Nuada est surnommé Airgetlam, « au bras d’argent ». Bres appartient à la fois aux Fomoires et aux Tuatha Dé Danann:  Eriu fille de Delbaeth, regardait la mer quand arriva un bateau d’argent, il transportait le roi fomoire Elatha mac Delbaith. Débarqué sur le sol d’Irlande, il s’unit à la jeune fille qui donnera naissance à Bres. Quand il devient roi, sept guerriers sont chargés de l’aider et le Dagda lui construit une forteresse, Dun mBrese. Son règne est déplorable, le druide Coipre compose une satire, la première d’Irlande, qui contraint le roi à l’abdication.
 Le puissant Dagda est victime de la rapacité d’un satiriste des Tuatha Dé Danann, Cridenbel, qui le contraint à lui donner un tiers de son alimentation quotidienne. Suivant les conseils de son fils le Mac Oc, il dissimule trois pièces d’or empoisonnées dans la nourriture, ce qui provoque la mort du satiriste et délivre le Dagda de cette obligation.
 Bres est retourné chez son père pour lui demander une armée afin de reconquérir le pays par la force, il l’envoie chez Balor et Indech mac De Domnann, le roi des Fomoire ; une puissante armée est mobilisée et se met en marche. Pendant ce temps, Nuada qui a recouvré son trône donne un somptueux festin à Tara. L’un des deux portiers de la ville, Camall Mac Riagail, voit une étrange foule s’avancer. Un jeune guerrier portant une couronne royale lui demande de l’annoncer à la cour, il se nomme Lug Lormansclech , fils de Cian, surnommé Samildanach (le Polytechnicien). Le portier lui demande quelle est sa spécialité car nul ne peut entrer dans Tara, s’il n’est expert en quelque matière. Mais à chaque qualité avancée par le nouveau venu, le portier répond qu’on n’a pas besoin de lui. Finalement le guerrier dit qu’il est expert en toute chose, alors le roi Nuada ordonne qu’on le laisse pénétrer dans la forteresse où il est accueilli. Il est soumis à différentes épreuves qu’il réussit toutes. Après la tenue d’un conseil, Nuada abdique pour que Lug conduise la guerre. Les préparatifs durent sept ans dirigés par Goibniu, Credne Cerd et Luchta, le Dagda et Ogme donnent son armement au chef.
 Le Dagda rencontre Morrigan, ils s’accouplent et la déesse lui propose d’anéantir Indech mac De Domnann, le roi des Fomoire, ce qui est conclu. Des incantations sont chantées contre les Fomoires. Lug envoie le Dagda espionner les Fomoires et tenter de les retarder jusqu’à l’arrivée des hommes d’Irlande. Il se rend donc au camp des ennemis et leur demande une trêve. Sachant qu’il est très gourmand, ils fabriquent un gigantesque porridge et ils l’humilient en lui faisant manger le gâteau dans un trou du sol. S’il ne le mange pas en entier ils menacent de le tuer. Ils peuvent se moquer de lui car il a le ventre aussi gros qu’un chaudron. Après quoi, il retourne à Traigh Eabha. Il rencontre la fille d’Indech avec qui il fait l’amour. A la fin elle dit qu’elle va gêner l’avancée des Fomoires par une incantation.
 Les deux armées arrivent pour la bataille, les hommes d’Irlande sont sous la protection de Lug qui ne va pas combattre en personne. Les gens des Tuatha sont assemblés autour de Lug qui demande à Goibniu quelle force il va leur donner. Il leur répond que même si la guerre dure sept ans, il leur donnera toutes les armes dont ils auront besoin. Même demande à Diancecht qui répond que tout guerrier tué sera ressuscité le lendemain. Credne Cerd, interrogé à son tour, dit qu’il réparera les lances, les épées et les boucliers. Luchta, Ogme, Morrigan, Coirpre, les sorciers, les druides, tous promettent leur aide magique. Lug souhaite à chacun d’avoir le courage d’un roi.
 La bataille s’engage, les Fomoires se montrent vaillants, mais les Tuatha Dé Danann sont grandement avantagés par leur magie. Les premiers désignent Ruadan, fils de la déesse Brigit et du roi Bres, pour aller espionner les dieux, puis, son rapport fait, on lui confie la mission de tuer Goibniu. Celui-ci est blessé, mais un bain dans la Fontaine de Santé le guérit. Les Fomoires décident alors de tarir la rivière Drowes en emplissant son lit de pierres. Le jour de la grande bataille arrive, un combat sans merci s’engage, une véritable tuerie qui donne naissance à un fleuve de sang ; les Fomoires sont vaincus. Balor est tué par Lug, Bres a la vie sauve car il livre des secrets relatifs à l’agriculture.
Cath Maighe Tuireadh , récit du « Cycle mythologique » de l’Irlande  
 

Origines bibliques ?
 Les clercs qui ont retranscrit cette légende de l’Irlande celtique l’ont fortement christianisée puisque Cesair (ou Cessair) s’inscrit dans une « généalogie biblique » : elle est la fille de Bith, un fils de Noé, sa mère étant Birren. Quand Bith se voit refuser une place dans l’Arche de Noé avant le Déluge, Cesair prend le commandement d’une troupe de cinquante femmes, accompagnées de trois hommes : Bith, Fintan et Ladra. Ils embarquent pour une navigation de sept ans qui va les mener en Irlande.
La filiation avec Noé et le rapprochement avec la tradition biblique est un rajout tardif, dû aux clercs irlandais qui ont retranscrit le mythe au Moyen Âge.
 Occupation de l’Irlande 
 Au terme de cette errance, ils débarquent en Irlande, en un lieu nommé Dún na mBarc (Bantry Bay dans le Comté de Cork), 2958 ou 2361 ans avant Jésus Christ, selon les sources.
 Les trois hommes ont épousé toutes les femmes, dix-sept pour Fintan (dont Cesair), dix-sept pour Bith et seize pour Ladra. À la mort de ce dernier, ses veuves épousent les deux hommes restants et quand Bith meurt à son tour, Fintan devient le mari de toutes les femmes. Cesair meurt six jours avant le Déluge qui extermine tout son peuple, à l’exception de Fintan qui se transforme en saumon. Après de nombreuses transformations animales, il redevient un homme, pour raconter l’histoire du peuple de Cesair.
 Une légende similaire substitue Banba des Tuatha Dé Danann à Césaire, dans ce peuplement mythique de l’Irlande par cinquante femmes et trois hommes. Ils débarquent deux cent quarante ans avant le déluge et meurent tous de la peste.

Banba (graphie moderne Banbha), dans la mythologie celtique irlandaise, est une reine des Tuatha Dé Danann, son nom signifie « porc », « sanglier », l’animal emblématique de la classe sacerdotale des Celtes 
Elle est la fille de Ernmas et avec ses sœurs Fódla et Ériu, elle forme une triade, véritable personnification de l’Irlande. Elle est l’épouse de Mac Cuill, fils de Cermait, petit-fils du Dagda. Lorsque les Milesiens débarquent, chacune des trois sœurs leur demande de donner leur nom à l’île ; c’est Ériu qui est choisi, mais Banba est utilisé comme allégorie. Elle est parfois assimilée à Macha.
 Dans la légende de Cesair, Banba est donnée pour avoir été la première personne à poser le pied en Irlande, depuis le Déluge.

Dans la mythologie celtique irlandaise, Les Tuatha Dé Dânann (gens de la déesse Dana) sont des dieux qui viennent de quatre îles du nord du monde : Falias, Gorias, Findias et Murias ; de ces villes mythiques ils apportent cinq talismans : la lance de Lug, l’épée de Nuada, le chaudron et la massue de Dagda et la Pierre de Fal.
 Quand les Tuatha Dé Dânann arrivent en Irlande, le jour de la fête de Beltaine (approximativement le 1er mai de notre calendrier), l’île est occupée par les Fir Bolg qui vont être vaincus lors du « Cath Maighe Tuireadh » (la Bataille de Mag Tuireadh) (c’est la cinquième conquête).
Les Tuatha Dé Dânann que l’on retrouve dans nombre de récits sont le peuple mythique de l’Irlande, mais pas exclusivement puisqu’ils se retrouvent, sous des formes différentes et généralement d'autres noms, dans tout le monde celtique. Ce sont des dieux, des déesses, des héros, des magiciennes (Bansidh). Ils maîtrisent le Druidisme, le Savoir et les Arts. Manannan Mac Lir leur fournit des cochons magiques qui confèrent l’immortalité. Mais face aux Milesiens, ils doivent se replier dans le Sidh. Les dieux s’effacent devant les humains, puisque les « fils de Mile » sont les Gaèls.
Leurs trois druides primordiaux sont Eoloas (Connaissance), Fiss (Savoir) et Fochmarc (Recherche).

Manannan Mac Lir
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
  Dans la mythologie celtique irlandaise, Manannan Mac Lir, littéralement « le Mannois fils de Lir » (Lir étant l’Océan) , son équivalent Gallois est Manawyddan Fab Llyr. Il appartient aux Tuatha Dé Danann (Gens de la Déesse Dana), c’est le dieu-guerrier souverain de l’Autre Monde celtique, le (Sidh). Il en est le régisseur et maître, et à ce titre, il fournit aux autres dieux les cochons fabuleux servis au Festin d’Immortalité.
 Si le Sidh se situe sous terre, on y accède par delà les eaux (mers, lacs, fleuves) ; Manannan conduit son char sur les flots et dans les plaines, et son bateau se manœuvre seul. C’est la raison pour laquelle on en fait parfois un dieu marin protecteur des navigateurs ou, au contraire, naufrageur de navires, mais sa puissance le place au rang de ses frères : le Dagda et Ogme. Il est l’époux de Fand qui aura une aventure amoureuse avec le héros Cúchulainn.
 Au nombre de ses pouvoirs, il faut insister sur les dons de métamorphose et d’ubiquité ainsi que sur son rôle psychopompe ; il use de son manteau d'invisibilité, notamment pour empêcher Cúchulainn de voir Fand. Il est le père de nombreux enfants divins ou humains.
Il aurait donné son nom à l'Île de Man.

 Spéculations sur les identités de Manannan Mac Lir et de Lugh 
 Manannan Mac Lir ne semble être qu'un aspect du dieu-roi Lugh. Manannan a pour frères, le Dagda et Ogma. Il règne sur les eaux qui mènent au Sidh, tout comme le dieu Védique Varuna, garant de l'ordre et de la justice, règne sur les eaux primordiales. Lugh correspond dans ses grandes caractéristiques à ce dieu védique représentant de la souveraineté.
 Le gallois, Manawyddan Fab Llyr, double de Manannan Mac Lir, renforce cette idée que ces deux divinités n'en font qu'une. Dans le Mabinogi de Manawyddan, le héros, accompagné de Pryderi fils de Pwyll, voyage de ville en ville, chassé de leur pays par une malédiction. Dans chaque ville, Manawyddan développe une activité artisanale. Celle-ci marche si bien qu'à chaque fois, les artisans chassent les deux héros qui doivent s'établir ailleurs. Cet aspect polytechnicien de Manawyddan Fab Llyr est repris en Irlande par le dieu Lugh, dieu-roi qui englobe toutes les fonctions de la société (voir les fonctions tripartites indo-européennes de la société indo-européenne).
  Lugh serait donc double. Il est le dieu-roi lumineux sous son propre nom (Lugh/ Llew) et il est le seigneur du Sidh (sur l'île de Man, Manannan/Manawyddan « le mannois »), engendré par les eaux primordiales (Mac Lir/fab Llyr).
 l est intéressant de rapprocher Manannan Mac Lir des dieux Scandinaves Heimdallr, dieu créateur de la société humaine, et Ægir, dieu des océans. Heimdallr est d'ailleurs engendré par neuf vagues, qui sont les neufs filles ou épouses du dieu Ægir.
Le dieu irlandais Dagda possède aussi son double du Sidh qui se nomme Midir (à rapprocher du dieu indo-iranien Mitra/Mi?ra ?).

Mise à jour le Dimanche, 27 Septembre 2009 14:58  

 Page: Le spiritisme

Page: Accueil

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×