Révélation

La révélation
Préambule:
Je ne pense pas que l'on puisse un jour découvrir l'Adam originel, l'Homme premier. J'ai beaucoup de respect pour tous ces chercheurs qui cherchent à travers la paléontologie, l'archéologie, la paléoanthropologie et toutes ces autres sciences l'origine de l'homme. Yves Coppens a participé avec toute une équipe internationale à trouver Lucie et pendant de nombreuses années elle fut considérée comme un ancêtre de l‘homme. Aujourd'hui, cette hypothèse est remise en question. Richard Leakey, qui fait partie d'une famille de paléontologue réputée dans le monde, (je vous recommande de lire l'un de ses livres: La sixième extinction, chez Flammarion.) a participé à trouver Homo Ergaster un ancêtre de l'homme. Je ne vous citerais pas tous ces soi-disant ancêtres de l'homme que l'on a découvert, en revanche, je ne me souviens pas que l'on ait découvert un ancêtre des grands singes comme le chimpanzé par exemple, notre plus proche cousin. Mais peu importe, car je ne pense pas que la définition de l'homme se résume à son anthropomorphisme, sa bipédie, sa capacité à parler ou à créer et à utiliser des outils, à rire ou à pleurer, à fabriquer ses habits, ou aux richesses de ses cultures. Les animaux communiquent bien entre eux: vocalement, par leurs comportements, chimiquement, ou par les phéromones. Certains utilisent des outils, certains ont même leur culture propre, comme certains singes bonobo qui, suivant les groupes, développent un outillage et une technique qui leurs sont propres. Les chimpanzés qui détestent être mouillés se protégent de la pluie avec de larges feuilles qu'ils ont sélectionnées, cueillies, et assemblées. La spécificité de l'homme, c'est qu'il a conscience d'être, d'exister. Il n'a pas une conscience comme il aurait un organe qui se situerait dans le thorax, le cœur ou la tête, mais tout simplement, il a conscience d'être. La différence est subtile, mais cependant essentiel. C'est encore plus fantastique,
C'est pourquoi, je ne pense pas que l'on retrouve le moment zéro où ce bipède déjà très doué, fabricant ses outils et ses habits, a pris conscience d'exister. Cela fut probablement progressif, et peut être que demain, cette conscience sera encore plus développée.
De la même façon, je ne pense pas que l'on naît homme, mais qu'on le devient le jour où tout petit, on prend conscience d'exister. Quand on réalise que l'on maîtrise sa pensée, et qu'elle est unique, et que personne ne peut savoir ce que l'on pense, ni l'influer. On se sent libre et indépendant. À ce moment là, on se croit d'essence divine, et cet instant là est magique. Ce n'est que plus tard que l'on prend également conscience que l'homme a été programmé par toutes sortes hormones qui conditionnent son apprentissage à la vie, et certaines de ses actions, et cela bien heureusement.
Alors...! Vous me demandez pourquoi ? Pourquoi la vie, pourquoi sommes nous là, dans quel dessein ? Que veut-on de nous ? Et puis, nous qui croyons en dieu, mais qui est-il au juste? Quel est son nom ? En français dieu désigne aussi bien les divinités grecques que romaines ou autres. Alors que Dieu avec une majuscule devient l'éternel et tout puissant. Allah chez les musulmans signifie le très grand, YHWH est un acronyme qui signifie celui qui se prépare à être, Élohim veut dire dieux et ainsi de suite. Ce Dieu n'a pas de nom propre. Que veut-il, et pourquoi toutes ces guerres, ces épidémies, ces cataclysmes et tous ces conflits liés à la religion.
Interprétation
On peut suivre les premiers pas de l'homme, non pas par ses outils, mais à travers sa religion, ou ses rapports entre lui-même et la conscience qu'il a du monde extérieur. Les premières traces humaines sont liées aux premiers mégalithes: les dolmens. On les trouve un peu partout sur cette Terre, et elles ont toutes la même vocation Un dolmen est un monument mortuaire. Ce sont d'énormes blocs de pierre posés sur le sol, et alignés en double rangée formant une longue allée. Elles sont recouvertes par d'autres énormes pierres. Ces allées sont orientées dans la direction de la course du soleil, de son levé au printemps vers son couché en automne. C'est la symbolique du passage de la vie à la mort. Les premiers hommes vénéraient le soleil, démiurge du jour, et la lune astre de la nuit. Le soleil est associé à la masculinité et au minéral alors que la lune est associée à la féminité et à l‘organique (la vie et la terre). Cela est dû au fait que le soleil comme les chasseurs s'éloigne périodiquement de sa terre, le soleil en hiver, les chasseurs pendant leur campagne de chasse, et que la lune, comme les femmes, est réglée suivant des cycles très précis. Les premiers hommes avaient remarqués que le soleil et la lune avaient une influence primordiale sur la vie sur terre. Pour les premiers hommes, la vie et la mort étaient indissociables et même ne faisaient qu'un, comme les deux bouts d‘une même ficelle. C'est pourquoi les morts étaient allongés sur le sol entre la terre et le ciel, et non pas inhumés. C'était à l'origine des tombes communes, elles furent récupérées au fil du temps par bien d'autres civilisations qui en firent des tombeaux individuels, pour leurs chefs ou rois guerriers, et ils les recouvrirent de terres et de pierres (tertre) pour les protéger des voleurs. Mais au début, les pierres se dressaient sous les caresses du vent. Elles n'étaient pas enterrées, à peine avait-on obstruer les deux entrées de ce long couloir avec quelques branchages pour protéger les corps des charognards. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ils avaient une conception de leur environnement pure et non altérée. L'homme comme toute vie est constituée de matière organique. Les corps des morts étaient déposés sur le sol entre la terre et le ciel. La terre qui se repaît d'elle-même en permanence récupérait sa chair, afin d'engendrer d'autres vies. Quand le mort avait rendu à la vie sa chair, l'organique, et au soleil ses os, le minéral, son esprit, aidé par les psychopompes, partait un temps se reposer de l'autre côté de l'océan, le pays des larmes. Le principe de la réincarnation était déjà présent, mais n'avait pas exactement la même signification qu'aujourd'hui. En effet les premiers hommes s'avaient que toutes vie est constituée des mêmes éléments et que ces éléments s'uniraient à d'autres pour alimenter la création d'une autre vie, animale ou végétale.
Pour les jours de fête, ces Hommes qui étaient semi-nomades se retrouvaient sur la terre de leurs ancêtres et récupéraient les os pour les honorés, puis les redéposaient à leur place. Ces hommes respectaient la vie sous toutes ces formes et principalement celle de ses congénères sans laquelle la vie deviendrait vite impossible.
Ils honoraient la vie en levant des mégalithes de formes phalliques dressés vers le ciel, et en plantant des totems en bois décorés (le minéral et l‘organique ).
À la fin de la dernière glaciation, le climat aidant et la flore s'épanouissant, des hommes se sont implantés et sont devenus sédentaire. Les tribus se sont regroupées pour former de plus grandes entités, qui elles même se sont regroupées pour former des cités. Ils ont dû créer des lois, un code pour vivre en communauté. Puis le temps a effacé petit à petit, ce qui au début de leur genèse dans l'innocence de la découverte, tout ce qu'ils avaient appris
Car il n'y a qu'un seul Dieu qui est universel et qui s'appelle
La vie

Les éléments qui constituent la vie dans l'univers sont omniprésents, mais l'univers n'est guère accueillant. Un univers incommensurable où règne les ténèbres et le froid. Même les soleils qui nous ont pourtant fabriqués nous sont hostiles. La vie a créée sur terre sont environnement: l'atmosphère sans laquelle la vie n'aurait pu sortir des océans. Le soleil, sans notre atmosphère nous brûlerait comme les flammes de l'enfer. Néanmoins, la vie a dû s'installer un peu partout dans l'univers, car sa volonté est sans faille, et son ingéniosité sans limite. Elle trouve toujours à occuper toutes les niches écologiques du système qu'elle a créée. Mais pourquoi la vie ? Parce que la vie est l'arborescence sur laquelle la conscience ou l'esprit viendra se poser pour croître. Tout l'univers repose sur l'équilibre, la vie et la mort, le plus et le moins, le haut et le bas, la matière et l‘esprit. Chaque être vivant perçoit de par ses sens son environnement et l'esprit s'en enrichie et grandit d'autant.
Dans chaque vie Dieu existe car Dieu est la vie.
Ce n'est pas pour autant qu'il faudrait maintenant refuser de manger de la viande sous prétexte qu'elle contient un peu de divin. La vie se repaît d'elle-même, et c'est honorer la vie que de s'en nourrir. La vie est la mort, mais Dieu esprit, restera éternel tant que la vie sera là pour l'accueillir.

 

Page: Les anciens christianismes

Page: Accueil

("UA-12686555-1")

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×